Da Carmine
Samedi 13 mai 2023

Claire NOUET : chant
Jean SAINT LOUBERT BIÉ : piano
Guillaume JABOULAY : batterie
Ethan DENIS : contrebasse


Qui sont-ils ?
 
vidéo
C'était comment ?
 



Photos : Valérie CARREAU





Vidéo : Jean-Michel MOREAU

Da Carmine, incarnation naissante

« It’s you who decides what to contribute »
Wayne Shorter
« Les derniers seront premiers et les premiers seront derniers ». Pour lointainement paraphraser Saint Matthieu, notre dernier concert de l’année à Lorrez-Le-Bocage sera le premier de Da Carmine, groupe crée en 2022 au sein du Centre de Musique Didier Lockwood (CMDL). Mais à la Cave du Jazz, beaucoup d’appelés et peu d’élus… Les Da Carmine sont donc lucides : une chance leur est offerte, heureux transfuges du microcosme scolaire, de pouvoir tester en public les compositions fraîchement enregistrées et à peine mixées de leur chanteuse, la jeune et charismatique Claire Nouet. On s’étonnera très agréablement de cette propension, si tôt, aux créations originales. Elles s’agrémentent toutefois de trois reprises en épitaphes, honorant les décès récents de Wayne Shorter et Ahmad Jamal. La jeune fille et la Mort presque, car Claire Nouet prend soin de tempérer avec une joie certaine cette actualité historique par le grand amour qu’elle leur porte.

Et c’est par sa voix, par cet instrument qu’elle s’est choisi, qu’il se déclinera tout le long du concert. De ce chant noué à ses propres compositions émane une douceur de Fauve matissien à l’analyse vive et nette : comme le peintre, les changements de styles soudain, sur une même ligne, sont dénués de confusion. Voilà une esthétique ferme qui certainement se construisit au CMDL par affinités électives. Mais de l’habitus scolaire il faut se détacher et ambitieusement passer à l’œuvre habitée. Claire Nouet le sait qui chante le destin sur scène, même si le sien a le goût d’un « amer naufrage ». Ce « destin fantasmé » sera pourtant le support de toutes les expériences d’un voyage initiatique si nécessaire. On discerne du reste chez le pianiste Jean Saint Loubert Bié une passion musicale quasi romantique. Indifféremment au son du Fender rhodes ou du piano classique, il déroule le grand alphabet des meilleurs pianistes du Jazz moderne en donnant, convulsivement, tout ce qu’il possède en propre. Contrastant avec l’économie de mouvements du batteur Guillaume Jaboulay qui maintient dans une nonchalance maîtrisée un drive constant. L’inclination à l’introversion du contrebassiste Ethan Denis laisse, elle, deviner par le morceau Crève-coeur la sensible écoute du thème Nigerian marketplace d’Oscar Peterson marqué par le recueillement. Mais c’est bien par la vocalise qu’une orientation de cet ordre apparaît et se dessine avec la voix, posée dans le fond du temps, de Claire Nouet. Quand finit son thème, commence alors par un lâcher prise salvateur l’improvisation au chant qui promet toutes connexions. Et Claire Nouet de danser au-devant des exercices appliqués ; on la sait croire alors en qui elle est et ce qu’elle propose au monde, c’est-à-dire une volonté forte de devenir, et la naissance d’une incarnation que Meredith Monk, par exemple, porte comme un couronnement (« Do you be ? » in Key parmi tant d’autres).
Habiter en Art, choisir singulièrement son lieu, partager le moteur de l’existence et un plaisir qui ne cède pas, voilà qui doit raisonner aujourd’hui chez cette artiste, sujet doué de langages et auteure de décisions.

A 22 ans d’âge moyen, Da Carmine fait une proposition de 70 minutes sur scène, format théâtral constitué de leurs créations originales - je le répète. L’ensemble de celles-ci apporte une certaine concision : le parti pris est bien de mesurer une longueur juste. Pour la jeunesse une année peut durer une vie, cependant elle ne s’éternise pas ici et aérienne survole les influences sans faire se succéder les habituels standards du Jazz.
« Si c’est trop court, c’est plutôt une bonne chose ! » conclue-t-elle. Comme par enchantement, le concert s’achève sans trop en prendre conscience : on appelle cela le Printemps.

Cyril Durand, le 20 Mai 2023

(adieu.maldone@gmail.com)

L'Éclaireur du Gâtinais
24 mai 2023


47255