La Cave du Jazz 2009
Si vous souhaitez recevoir chez vous une semaine avant chaque concert un rappel du programme par courriel. cliquez ici .

 

 

 


Ouverture de la salle : 20 h 30 Début des concerts : 21 h 00
Nous vous demandons de respecter ces horaires, pour le confort de tous ; Le concert ayant commencé, les places réservées sont redistribuées.
Prix des places : voir le tarif indiqué pour chaque concert (demi-tarif pour les moins de 18 ans)
Attention : le tarif "adhérent" ne sera appliqué que sur présentation de la carte d'adhésion 2008.

ADHÉSIONS 2009 à JAZZY 77 : 12€


Grande soirée NEW ORLEANS

Samedi 17 janvier à 21h

Prez Beat Band (20 musiciens)
Les SALAMANDERS

Le "Prez Beat Band", issu du célèbre Orchestre du "Treizième Souffle", est né de la rencontre dans un club de New York d'un saxophoniste soprano et d'une jeune flûtiste, tous deux passionnés d'ésotérisme. Ils ont choisi de s'entourer d'amateurs avertis, rencontrés au fil de leurs voyages (Algérie, Mozambique, Qatar, Lorraine...), sans discrimination aucune (il y a même 4 filles dans le groupe), sélectionnés pour leur capacité à servir au mieux un répertoire éclectique et acoustique, quoique résolument jazzistique. Ils font appel régulièrement à une personnalité incontestée du milieu professionnel pour assurer la cohérence des arrangements, ainsi que la direction politique et musicale de l'orchestre, et se produiront dans une formation proche de celle que l'on peut apprécier sur le récent "Live at Trassou's".

Et les Salamander's
Jean-Marie Hurel : trompette, Michel Vallaux : guitare, Michel Duverger : sax, clarinette, François Xavier Coffre : contrebasse, Michel SIMONNEAU : trombone, Thomas Doublet : batterie

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


RAPHAEL FAYS TRIO

Samedi 07 février à 21h

Raphaël Faÿs, vous l’avez apprécié, pour certains d’entre vous, un soir de septembre 2007. Avec son trio, il nous avait enchanté sur des musiques de Django et sur ses propres compositions, où sa grande maîtrise de la guitare laisse le champ libre à l’inspiration et à la créativité les plus vives. Nous disions dans le programme n° 26 : “Ainsi va sa musique, empreinte de tendresse, de la joie à la nostalgie, de la sérénité aux débordements, de la réalité à l’évasion. Sa fougue et son phrasé subtil font un mélange étonnant, dans un répertoire riche de rythmes les plus divers : bossa, boléro, valse, ballade, swing... Musicien hors pair, il est aussi attiré par le flamenco, composant bulérias, alégrias, fandango... IL est le seul guitariste à jouer le flamenco au médiator, une technique qui lui est très personnelle”. Voilà pour le personnage : du talent au plus haut niveau, au service des traditions manouche flamenca. Et puis avec des compagnons dignes d’accompagner le virtuose : Ramon Galan et Claude Mouton, que dire de plus !

Raphaël Faÿs (guitare), Ramon Galan (guitare rythmique), Claude Mouton (contrebasse).

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


NOUGASOUND

Hommage à Claude Nougaro

Samedi 14 mars à 21h

Depuis “Le jazz et la java” jusqu'au “Déjeûner sur l'herbe”, la longue carrière de Claude Nougaro a permis à la chanson française de se nourrir de pures merveilles poétiques. Le groupe Nougasound a décidé de puiser dans cette nasse dorée afin de faire vivre ce répertoire à nul autre pareil. À l’origine du groupe, il y a la rencontre inopînée, sur un partage de scène lors d’un concert, d'un excellent pianiste et d’un chanteur guitariste de Rock'n'Roll, tous deux admirateurs de Claude Nougaro : Lionel Lefebvre et Bernard Giovannacci. Ce duo improbable s'est alors mis en quête d’une session rythmique capable de donner tout son groove au répertoire Nougarien. Lionel et Bernard prétendent que les Dieux de la musique les ont entendu, car ils rencontrèrent un autre duo de choc (basse-batterie) : Bruno Moriuser et Stéphane Cassus, dont les capacités se sont avérées aller bien au delà de leurs espérances. C’est aini que naquit Nougasound. Un voyage en compagnie de Nougaro, cela ne se refuse pas !

Lionel Lefebvre (chant et guitares),
Bernard Giovannacci (claviers)
Bruno Moriuser (basse et contrebasse),
Stéphane Cassus (batterie et saxophone).

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


CHEVERE QUE SON

Samedi 4 avril à 21h

Latin jazz et Cubain

Chevere que Son est un groupe de jazz afro-cubain, un combo de huit musiciens. Il est composé de quatre filles et quatre garçons, venant de la scène Parisienne Jazz et Salsa, réunis autour d'un projet de compositions mêlant le jazz et les musiques afro-cubaine et, pour le plaisir de jouer ensemble, un répertoire de standards latin jazz, salsa, interprété "à la sauce Chevere". C’est donc un orchestre à la croisée des chemins, des styles et des influences, qui est à la fois une descarga, une formation “classique” de latin jazz, un groupe folklorique... Et c’est ce mélange des genres qui alimente l’inspiration première de leur musique. Il vous proposera tout un répertoire de standards latin jazz, salsa et de compositions originales. Attendez-vous donc à une soirée métissée à l’ambiance particulièrement chaleureuse, mêlant sonorités traditionnelles populaires aux consonnances jazzy. Comme il aime se définir : “Chevere que Son a la esquina del jazz y de la musica afro-cubana !” Une soirée chaude, donc, à la Cave du Jazz.

Tristan Iatca (congas et percussions, chœur), Magali Boucharlat (bongos et percussions, choeur), Emilie Bourret (timbales, batterie), Arnaud Gendrel (contrebasse), Florian Pelissier (piano, chœur), Lidia Ruccio (vibraphone et percussions), Pascale Porret (flûte traversière et saxophone alto), Frank Chatona (saxophone ténor).

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


Carte blanche à René Sopa

Samedi 16 mai à 21h

René Sopa nous avait comblé, en décembre 2007, en duo avec Stéphane Patry, rencontre exceptionnelle de l’accordéon et de l’orgue Hammond, qui s’était concrétisée par la sortie de l’album : Hammondeon, l’été indien. Cette fois-ci, nous lui donnons carte blanche pour une nouvelle rencontre surprise (quant à ses partenaires) qui ne pourra que combler vos attentes. Un nouvel album, Carinhos Tango, enregistré avec Marcel Loeffler et Aurélien Noel, servira peut-être de base à son concert... Valses swings, tangos modernes, latins, corridinhos, choros et deux morceaux classiques dont le célèbre Prélude et Fugue en la mineur BWV 543 de J.S. Bach composent cet album d'un très haut niveau musical, marqué d’une sensibilité artistique éblouissante. Rappelons que René Sopa se produit dans de prestigieux festivals français et étrangers et a joué avec des musiciens tels que Dominique Di Piazza, Angélo Debarre, Dorado et Sanson Schmitt, Stéfan Patry et Alexandre Cavalière, qui est considéré actuellement comme le meilleur violoniste belge.

René Sopa (accordéon), et ....

Entrée : 13 euros (adhérents : 10 euros)  -de 18 ans 6€


Ecole de Musique &
White Jive

Samedi 13 juin à 21h

On aime la musique, en notre Sud Seine & Marne, c’est une évidence quand on mesure le succès de la Cave du Jazz malgré les difficultés actuelles... Mais on connait moins les écoles de formation musicale, comme celle du “Centre des Musiques de Nemours” de la MJC Scala, qui dispense un enseignement de qualité, ainsi qu’une pratique instrumentale d’une grande diversité (classique, jazz, rock,...) avec une équipe pédagogique coordonnée par Richard Wadycki, lui-même membre de Jazzy 77. Une action, en relation avec l’Harmonie de Nemours et la Symphonie Sainte-Cécile, qui réunit, depuis sa naissance en 2003, une centaine d’élèves. Voici, dans un répertoire “Musiques du Monde”, 15 à 20 d’entre eux. Et le talent est au rendez-vous, comme il le sera avec la jeune formation suivante.

White Jive, c’est un groupe créé en 2007, suite logique d'une amitié entre Zacharie Ksyk (trompette), Axel Lussiez (batterie), Léon Phal (saxophone) et Thomas Plé (son). Fin 2007, Quentin Rémolu (clavier/piano), Rémy Neff (saxophone) et Vivien Aubé (basse) les rejoignent : White Jive est né. Le septet commence à répéter. En avril 2008, il enregistre en “live” un premier cd de démo qui va faire évoluer le travail du groupe et lui permettre de trouver son chemin, un univers jazz/funk/soul.

Une soirée fort sympathique, à ne pas manquer !

Attention tarif spécial, participation : 2 euros


ZANINI QUARTET

Samedi 26 septembre à 21h

Marcel Zanini est né en Turquie ;  sa famille arriva à Marseille, où elle se fixa, en 1930. Il étudie la clarinette à partir de 1942. En 1946, il débuta dans l'orchestre de Léo Missir.
Il forme son premier groupe dans les années 1950, et part pour les Etats-Unis en 1954. Il y vit pendant quatre ans, se produit à New York, tout en étant correspondant de la revue Jazz Hot. De retour à Marseille en 1958, il monte une nouvelle formation qui l'accompagne pendant une dizaine d'années. Il se rend ensuite à Paris et rapporte en 1970, un énorme succès avec "Tu veux ou tu veux pas" (reprise française d'un tube brésilien, "Ne Vem Que Mao Tem" interprété par Wilson Simonal). Léo Missir, directeur artistique chez Barclay lui propose cette adaptation farfelue, au début de l'année. Pierre Cour en écrit le texte et Zanini l'enregistre sur le label Riviera, sous-marque de Barclay. Très vite, la chanson atteint la troisième place du hit-parade, et Marcel Zanini devient célèbre en huit jours, immédiatement reconnaissable à son petit chapeau, ses lunettes et sa moustache.
Il n'en continue pas moins de se produire dans les clubs de jazz parisiens, comme Le Petit Journal, Le Caveau de la Huchette, et les festivals, comme celui de Nice, avec son sextet, dans lequel son fils Marc-Edouard Nabe, tient parfois la guitare. Il a joué avec de nombreux musiciens de jazz américains ou français, tel Claude Bolling. Un grand moment à la Cave du Jazz !

Marcel Zanini (clarinette), avec Pierre Calligaris (piano),
François Xavier Coffre (contrebasse) et Robin Calligaris (batterie).

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


Max Marcilly Quartet

Samedi 17 octobre à 21h

Le quartet de l'accordéoniste Max MARCILLY vous propose une musique inspirée par la période électrique de Django Reinhardt, c'est-à-dire un mélange de swing manouche et de jazz be-bop, épicé d'un soupçon de chanson française. D'abord venu au jazz par le piano, Max MARCILLY renoue en 1999 avec l'instrument de son enfance : l'accordéon. En 2003, il fonde Les Misters de Paris, quartet de swing manouche, qui commence, à partir de 2005, à se produire dans plusieurs festivals. En 2006, Max fait la rencontre du grand guitariste strasbourgeois Mandino Reinhardt et joue depuis régulièrement à ses côtés (un CD de ce quintet doit d'ailleurs sortir dans les bacs dans les semaines à venir). Max est très marqué par sa formation de pianiste et ses influences musicales sont très variées. Préoccupé avant tout par la ligne mélodique et le swing, il cherche à développer sur son accordéon un son et un phrasé personnel. Quant à ses compagnons de route, qui ne les connaît pas ? Le guitariste Sean GOURLEY, jazzman exigeant, est un soliste raffiné et swinguant ainsi qu'un très bon accompagnateur. Des qualités qui l'ont conduit à se produire comme leader ou co-leader auprès de très nombreux musiciens. De plus, il prête volontiers sa voix aux harmonies chaleureuses de son instrument. Le contrebassiste Brahim HAIOUANI et le batteur François RICARD forment une rythmique au tempo affirmé, rythmique présente mais jamais débordante, le style très énergique des chorus de Brahim remportant toujours l'enthousiasme du public. C'est tout naturellement que ce projet de quartet a vu le jour, les membres qui le constituent évoluant tous, de manière plus ou moins régulière, dans cette frange où le style de Django rencontre ceux de musiciens tels que Charlie Parker ou Charlie Christian. Il ne manquait plus qu'à laisser agir la magie de cette rencontre. C'est maintenant chose faite. Que le spectacle commence !

Max MARCILLY : accordéon, Sean GOURLEY : guitare,
Brahim HAIOUANI : contrebasse et François RICARD batterie

Entrée : 13 (adhérents : 10 ) -de 18 ans 6,50 €


SUSANNA BARTILLA

Samedi 21 novembre à 21h

Que dire de Susanna, que vous aviez déjà applaudie à la Cave en novembre 2007, car la presse a tout dit ? "La gaîté côtoie la mélancolie et l'on est saisi par la pertinence de cette musique, étonnamment actuelle, qui raconte avec des mots justes les vrais thèmes de la vie en quelques mesures." "Une soirée envoûtante... une palette nuancée et vibrante d'émotions... un enchantement tout en délicatesse" (La République) ; "Un concert qui passe trop vite à écouter Susanna, troublante de naturel et de simplicité" (L'Eclaireur) ; "Un répertoire magnifique servi par une artiste dont la présence scénique et la générosité procurent de beaux moments de swing, d'émotion et de joie de vivre" ; "Avec sa belle voix de contralto on ne peut plus jazz, veloutée dans les graves et chaleureuse, Susanna nous relate ses moments de grâce, ses instants choisis, avec talent et avec une technique affirmée, passant d'une langue à l'autre avec une apparente facilité. Susanna Bartilla est une chanteuse avec qui il va falloir compter"; - Michel Bedin (Jazz Hot).
À l'occasion du 100è anniversaire du grand parolier Johnny Mercer, auteur de joyaux tels "Autumn Leaves", "Blues in the Night", "Moon River", "PS I love You" ou "Trav'lin Light",... Susanna interprète durant cette année, dans les clubs et festivals, les plus beaux standards écrits par ce poète entre 1930 et 1965. Un CD doit sortir à la rentrée.                           

Susanna Bartilla (vocal), avec Alain Jean Marie (piano),
Sean Gourley (guitare), Dominique Lemerle (contrebasse).


DE PREISSAC/CALLIGARIS en quartet

Samedi 12 decembre à 21h

Faut-il encore les présenter ? La Cave les avait accueilli à l'Auberge de la Vallée en juillet 2003 pour une soirée de swing qui restera dans les mémoires. Clarinettiste et chanteur formé dans les caves de Saint-Germain des Prés, Philippe de Preissac a passé de nombreuses années à Johannesburg, en Afrique du Sud, se produisant avec sa propre formation, le "River Hot Six" Il a également joué avec diverses formations aux États-Unis, aux Antilles, en Afrique francophone et en Europe. Sa clarinette est appréciée pour sa verve, et son chant va du rocailleux au crooner, de Louis Arsmtrong à Henri Salvador, avec une botte secrête, l'humour. Pianiste et trompettiste, Pierre Calligaris est un habitué des clubs de jazz parisiens ; il a joué et enregistré avec de très grands musiciens, tels Bill Coleman, Benny Waters, Mezz Mezzrow, Sam Woodyard, Milton Buckner, Mikey Baker, Al Casey, Cat Anderson, Wallace Davenport, Wild Bill David, Michaël Silva. C'est un grand spécialiste du style "stride", celui de ses maîtres James P. Johnson, Fats Waller et Willie Smith, et est un excellent interprète de boogie-woogie. Quant à Robin Calligaris, c'est un remarquable batteur swing, de par la richesse de son jeu.

Philippe de Preissac (clarinette), Pierre Calligaris (piano),
Robin Calligaris (batterie), François Xavier Coffre (contrebasse).